(en français à la suite)


I’ve heard about©


(a flat, fat, growing urban experiment)



The contemporary city’s developmental tools manifest the tyranny of tightly scripted determinist procedures, planning mechanisms based on predictability. The city’s growth, densification and entropy are driven by pre-set and invariable geometrical projections. Urban morphological transformations are supposed to follow closed scenarios that cannot deviate from the pre-programmed representations on which they are based. Thus the cartography of the city’s becoming is fettered by a mode of production that takes the future as already written. Everything yet to come is spelled out in advance and tightly locked up by that forecast.

The contemporary (European) city is formatted under Windows, unable to access the programming source codes (Linux).

There no reason to believe that the “everything under control” operating modes that condition the production of urban structures are capable of reflecting the complexities (the intertwining of issues and relational modes) of a mass media society where the multitude of citizens is gradually taking over from the republic’s centralized authorities.

The city’s making suffers from a democracy deficit and the abuse of tools that date back to a time when the reason of the few presided over the destiny of the many. The city’s very constitution is impermeable to the social shifts brought about by the dilution and fragmentation of the informational and productive mechanisms. The free-market space was constructed in terms of social control, and the contemporary city retains and reveals the stigmata of that construction.

Can we envision something totally different, urban structures driven by human contingencies?  Can we work out adaptive scenarios that accept unpredictability and uncertainty as operating modes? Can we write the city based on growth scripts and open algorithms porous to a number of real-time inputs (human, relational, conflictual and other data) rather than trying to design an urban future formatted by rigid planning procedures?

Social contract/territorial contract

- I’ve heard about is a fractal structure made quite literally of contingent secretions. Its architecture is based on the principles of random growth and permanent incompletion. It develops by successive scenarios, without planning and without the authority of a pre-established plan. Its physical composition renders the community’s political structure visible.

- The proliferating, coral-like network is constituted of both imported raw materials and local materials that have been recycled, synthesized and polymerised, resources arising from the animal and vegetable species that inhabit it. Operating anthroposophically, it generates modes of exchanges, flows and blood vessels.

- I’ve heard about recognizes and builds on the idea of an ever-emerging, shifting and above all fragile sociality. Growth is based on negotiations between neighbours and other residents, and at the same time subjected to collective constraints (accessibility and structural contradictions). Section by section, the raw materials of the habitats undergo necrosis every ten years in order to avoid an overly permanent occupation and an attendant sense of individual ownership (the early cycles will be more aleatory). A territorial protocol has been drawn up by R&Sie(n), Benoît Durandin, Alexandra Midal, Laurent Genefort, Gilles Schaeffer, Berdaguer & Péjus and François Roustang, with preliminary advice from Bruce Sterling.

- I’ve heard about does not eradicate the pre-existing city but rather forms a sedimentary deposit over it, like Constant’s New Babylon. It can be described as a plug-in inserted into the urban fabric, or perhaps a three-dimensional tablecloth over attaching itself it.

The VIAB machine

I’ve heard about calls for the development of a machine in partnership with the USC/Los Angeles robotics lab. It takes its name from the terms viability and variability. The machine’s purpose is to build the structure in real time through the secretion of the structural material that serves as the project’s envelope. The VIAB is a kind of parasite, or like the polyps that live inside and are supported by the coral reef they generate.

The basic idea is to design an architectural structure that is always under construction, combining incompletion and self-determination as its constituent parameters of which the VIAB is the vector.

 Growth, or rather the variability of growth, is to be determined by a succession of constraints arising from:

- structural resistance

- accessibility and measures entrained by use modes

- the stress felt by the residents

- swarm intelligence (collective behaviour).

The main algorithm derives from structural considerations and controls the viability of the development. Individual and collective stress are taken into account as viruses inflecting the basic construction data. As a result, the VIAB is empathetic, receptive to the subjectivity of the residents. The process of construction reveals the state of social behaviours in a constant state of negotiation. It is always a work in progress, with no attempt to predict or plan the morphological results. It is the nerve ending of the species that inhabit I’ve heard about.

The VIAB is designed as a kind of phasmid, a stealth insect that looks like a stick attached to the structures it generates itself 


“What the people of Stateless had in common: not merely the island itself, but the first-hand knowledge that they stood on rock which the founders had crystallized out of the ocean – and which was, forever, dissolving again, only enduring through a process of constant repair. Beneficent nature had nothing to do with it; conscious human effort, and cooperation, had built Stateless… the balance could be disturbed in a thousand ways…. All that elaborate machinery had to be monitored, had to be understood. …It had one undeniable advantage over all the contrived mythology of nationhood. It was true.”

Greg Egan, Distress, HarperPrism, New York, 1995, pp. 171-172




I’ve heard about©


(a flat, fat, growing urban experiment)




Avant Propos 

Les outils de développement de la ville contemporaine se sont essentiellement inféodés à des procédures déterministes, à des scénarios planifiés aux mécanismes prévisibles. La croissance, l’entropie de la ville, sa densification sont gérées et générées par des projections préalables figées, statufiées, géométrisées. Ces transformations morphologiques ne se constituent que sur des scénarios « fermés », qui ne peuvent dévier des représentations préprogrammées qui les sous-tendent. La cartographie de la ville « en mouvement » est ainsi liée à un mode de production décliné au « futur antérieur». Le devenir y est anticipé et verrouillé.

La ville contemporaine (européenne) se formate sous Windows, sans possibilités d’accès aux sources de programmation (Linux). 

On peut douter que les modes opératoires « sous contrôle » qui conditionnent la production des structures urbaines soit à même de rendre compte des complexités (enchevêtrement des enjeux et des modes relationnels) d’une société mass médiatique, ou la multitude citoyenne se substitue peu à peu à l’autorité républicaine, centralisée.

Déficit de démocratie dans la fabrication de la ville ou abus d’un outillage datant d’une période ou la raison de quelques uns présidait à la destinée du plus grand nombre, la constitution de la ville est restée imperméable aux mutations de société liées à la dilution, à la fragmentation des mécanismes informationnels et productifs.

L’espace libéral a été construit en termes de contrôle social, la ville contemporaine en garde et révèle les stigmates.

A contrario, peut on concevoir des structures urbaines réactives aux contingences humaines ? Peut on élaborer des scénarios adaptatifs, qui acceptent l’imprévisibilité, l’incertitude comme mode opératoire ? Peut on « écrire » la ville à partir de scripts de croissance, d’algorithmes ouverts, qui puisse rester perméables à nombre datas en temps réel (humaines, relationnelles, conflictuelles…), plutôt que de la « dessiner » par la contrainte, à l’aide des outils programmés,  formatés par les procédures de la planification ?

Contrat territorial / contrat social

- « I’ve heard about» est une architecture fractale, faite de sécrétions contingentes. Elle est élaborée sur des principes de croissances aléatoires et d’inachèvement. Elle se développe par scénarios successifs, sans planification, sans l’autorité préalable d’une planification.

Sa constitution physique rend visible la structure politique de la communauté.

- Le réseau proliférant « corallien » se constitue à la fois à partir de matières importées mais aussi des matières recyclées, synthétisées, polymérisées, issues des espèces animales et végétales qu’il abrite. Il met en place des modes d’échanges, de flux, de veinage sur un mode anthroposophique…

- « I’ve heard about » assume et construit l’hypothèse d’une « fragilité sociale en mouvement», d’une « fragilité sociale dans un mouvement en train de ce faire ». La croissance est à la fois liée à des négociations de proximité, de voisinage, et liés à des contraintes collectives (accessibilité et implication structurelle). Les matières constitutives des lieux d’habitation se nécrose par parties tous les 10 ans afin d’éviter la permanence de leur occupation liée au sentiment de propriété individuelle (les premiers cycles seront plus aléatoires). Un protocole territorial a été rédigé par :

R&Sie(n), Benoît Durandin, Alexandra Midal, Laurent Genefort, Gilles Schaeffer, Berdaguer & Péjus and François Roustang, y compris premiers avis de Bruce Sterling.

- « I’ve heard about » n’éradique la ville préexistante mais se sédimente à celles-ci (New-Babylon de Constant). Sa structure vient se « plugger » sur le tissu urbain. Elle s’incruste comme une nappe en trois dimensions.


« I’ve heard about » est l’occasion de développer une machine, avec les laboratoires de robotiques de USC/Los Angeles. Cette machine est nommé VIAB comme viabilité, ou variabilité, elle est chargé de construire cette structure en temps réel par secrétions de matière (matière structurelle, enveloppe / coque du projet). Ce VIAB est  assimilable à un parasite, vivant dans et sur la construction comme le polype d’un massif corallien.

Il s’agit de définir une architecture « en train de se faire », intégrant l’inachèvement et l’autodétermination comme paramètre constitutif. Le VIAB en est le vecteur.

La croissance, ou plutôt la variabilité de la croissance est déterminée par une suite de contraintes nées de :

-la résistance structurelle

-l’accessibilité et les mesures liées aux modes d’usages

-Le stress des habitants

-« L’intelligence en essaim » ( comportement collectif)                                                                                                          

L’algorithme principal est constitué autour de la dimension structurelle et contrôle la viabilité du développement. Le Stress individuel et collectif seront intégrés comme des virus qui perturbent ces données élémentaires. Le Viab est ainsi réceptif à l’empathie, à la subjectivité des habitants. La construction révèle l’état des comportements sociaux, dans une négociation permanente, un « work in progress », sans aucune anticipation, ni planification du résultat morphologique. Il est la terminaison nerveuse des espèces qui habitent « I’ve heard about ».

Il a été dessiné comme un phasme (insecte caméléon), accroché aux structures des méandres que lui-même génère.


" Voilà ce que les habitants d'Anarchia avaient en commun. Non seulement l'île elle-même mais la connaissance personnelle de son secret : ils se tenaient sur un rocher que les fondateurs avaient fait surgir de l'océan par cristallisation, qui était constamment en train de se redissoudre et ne perdurait qu'au travers d'un processus de réparation permanent. La généreuse nature n'avait rien à voir là dedans. C'était l'effort conscient des humains et leur coopération qui avaient édifié Anarchia (…) Sa stabilité pouvait être perturbée de mille manières cette complexe machinerie était comprise par tous. Elle avait ainsi un avantage indéniable sur toutes les mythologies artificielles de l'idée de nation. Elle était conforme à la vérité. " Greg Egan, L'Enigme de l'Univers, Robert Laffont, Paris, 1999, pp 211.